Archive d'un auteur

19 mar 2010 Manquez vous de temps ?

Allez un petit test.

Perdez-vous votre temps en cherchant dans vos dossiers ?

Voici comment le savoir :

Quand quelqu’un vous demande un document, ou si vous cherchez vous-même un document, combien de temps prenez-vous pour l’avoir en main ?

Ou combien de temps prenez-vous à retrouver un fichier dans un des répertoires de votre ordinateur ?

Normalement, les deux devraient prendre à peu près le même temps.

Le savez-vous ?

Si non, d’avance, ça ne commence pas bien pour votre test …

parce que vous devriez au moins savoir que vous prenez moins de …

30 secondes ?

20 secondes ?

Non, 5 secondes !

En effet, si, du moment où vous savez exactement ce que vous cherchez au moment où vous l’avez en main ou sous les yeux, plus de 5 secondes se sont écoulés, votre classement N’EST PAS efficace.

Certaines personnes perdent plus de 10% de leur temps à chercher !

Imaginez, si vous prenez 30 secondes à chaque fois que vous cherchez quelque chose, au lieu de 5.

Ça fait 25 secondes de trop, à chaque fois.

Personnellement, je dois chercher des fichiers des centaines de fois par jour, mais soyons généreux, disons que vous devez en chercher 10 fois chaque heure.

Faites le calcul …

33 minutes dans vos journées de 8 heures au bureau, 202 heures par année, pour … chercher ce que VOUS avez rangé !

Ça équivaut à 6,9% pour un travail moyen, mais imaginez les autres professions qui en demandent plus que ce que j’ai décrit : les secrétaires, les comptables …

25 secondes peuvent vous faire perdre un temps ÉNORME.

J’espère que vous avez compris l’importance d’une bonne organisation, et que vous êtes maintenant motivés à avoir une bonne organisation.

Faites passer le test à vos collègues et amis et voyez leurs résultats, vous pourriez être surpris …

Partagez cet article :
  • TwitThis
  • Facebook
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
07 mar 2010 Le classement sans dessus dessous
 |  Catégorie : Organisation  | Pas encore de commentaire

Le classement, ça peut être désordonné ?

Oui.

Comme je l’ai dit avant, vos deux hémisphères ne fonctionnent pas de la même manière, et il se peut qu’un des deux soit dominant.

Si c’est votre hémisphère droit, là vous n’aurez pas trop de problèmes, il aime le classement dit « classique », le classement conventionnel.

Si, par contre, c’est votre hémisphère gauche, vous avez probablement de la difficulté à bien vous ordonner avec les méthodes qu’on apprend à l’école.

Qu’à cela ne tienne, vous allez maintenant savoir comment faire, ou plutôt redécouvrir une méthode que vous utilisiez bien avant.

En effet, il y a peu, j’ai fait le ménage dans mes vieux papiers, et je n’y ai pas manqué mes papiers scolaires (ma mère veut que je les garde, je ne sais pas trop pourquoi… mais là on s’écarte un peu du sujet).

J’y ai découvert quelque chose dont j’avais complètement oublié l’existence, mais qui m’a énormément aidé à l’époque.

Qu’est-ce que c’était ?

Un tout petit bout de papier : un aide-mémoire pour un exposé oral que j’avais à faire.

Et en quoi était-il spécial ?

Il n’y avait AUCUN MOT !

Nous sommes tellement habitués à faire des résumés, puis des résumés de résumés, puis des mots clés de résumés pour faire des aides-mémoires, qu’on a oublié l’essentiel : une image vaut mille mots.

Mais attention, je ne vous dit pas de faire des aides-mémoires, ni quoi que ce soit en images. Si ça vous va, tant mieux, mais c’est loin d’être le cas de tout le monde.

En fait, ce que j’ai vu sur ma vieille fiche aide-mémoire, c’est une série de symboles et d’images dont je n’ai présentement aucune idée de la signification.

Et c’est pourquoi vous ne devez pas mettre de bêtes images : vous oublierez leur signification et leurs interactions entre elles au fil du temps.

Ce qui n’est pas le cas de ce que je vais vous proposer.

Ce qu’il y a de mieux, c’est une mémoire dite photographique.

Vous vous faites un schéma, des symboles, des images si vous voulez, des mots clés, etc.

Tout ce qui vous passe par la tête, dans n’importe quel ordre, dans n’importe quel sens.

Maintenant, quel est l’avantage aux méthodes enseignées ?

L’avantage, c’est que vous pouvez prendre une « photo » de cette page que vous avez faites.

Encore une fois attention, ça peut demander de la pratique ( même si habituellement les jeunes sont capables, et qu’avec l’âge on en perd l’habitude), et les résultats sont meilleurs avec des « photos » plus petites, et doivent ABSOLUMENT être faites par vous.

Donc comme je disais, vous pouvez prendre une photo, justement parce que ce ne sont pas que des mots.

Vous pouvez vous souvenir de la forme de votre schéma, de la disposition de vos images, et ainsi les mots que vous y avez écrit vous reviendrons simplement et visualisant cette photo quand vous en aurez besoin.

Je le sais, il n’y a pas beacoup de détails sur la manière de faire, et ça peut paraître difficile à première vue, mais j’espère au moins que ça aura pu en aider quelques-uns.

Apprendre avec le classement désordonné
Si vous voulez aiguiser un peu votre mémoire, pour pouvoir prendre des « photos » plus facilement, je vous propose ce test de mémoire des visages. Si vous vous inscrivez à la suite du test, vous recevrez des conseils pour mieux retenir les visages et les noms et informations personnelle de ces visages.

Pour utiliser autre chose que du papier, vous pouvez aussi utiliser le logiciel Freemind pour faire des cartes heuristiques simples à l’ordinateur. J’en ferai un billet au complet une autre semaine.

Dans 2 semaines, je vous donnerai un test que vous pourrez faire en moins d’une minute pour savoir si vos dossiers sont bien classés.

Partagez cet article :
  • TwitThis
  • Facebook
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
21 fév 2010 Moins de classement pour un meilleur rendement ?
 |  Catégorie : Organisation  | Pas encore de commentaire

Avant de commencer, je ne veux pas que vous me fassiez dire ce que je n’ai pas dit : le classement est nécessaire pour avoir un bon rendement.

Certaines personnes ont besoin de plus de classement que d’autres, mais tout le monde, sans exception, a une forme de classement.

La question n’est donc pas de savoir si vous devez avoir du classement pour gagner du temps, mais savoir de quel type de rangement vous avez besoin.

Quelle partie de vous vous domine ?

Tout d’abord, vous devez savoir que notre cerveau est fait de manière à pouvoir fonctionner à 100 % même si les deux moitiés sont séparées.

C’est le cas des schizophrènes : leur deux hémisphères ne communiquent plus, mais comme ce n’est pas le sujet, je n’en parlerai pas plus.

Donc nous avons deux hémisphères travaillant ensemble, mais pouvant très bien travailler seul. Résultat : un des deux hémisphères est dominant.

Pourquoi ça nous intéresse ?

Parce que chaque hémisphère a une « manière de penser » différente, et chaque personne n’a pas le même hémisphère qui domine.

  • Votre hémisphère gauche, qui contrôle la partie droite de votre corps, est dit « artistique », puisque c’est lui qui contrôle vos émotions, et tout ce qui n’est pas rationnel.
  • Votre hémisphère droit, contrôlant la partie gauche de votre corps, vous l’aurez deviné, est plus cartésien (réaliste, logique). C’est donc lui qui vous dit de tout classer pour vous retrouver plus facilement plus loin.

Mais attention, ce n’est pas parce que votre hémisphère droit veut tout classer que c’est lui le plus efficace pour vous. En effet, votre hémisphère gauche a un classement tout à lui.

Il y a donc le classement ordonné et le classement « désordonné ». Je sais que classement désordonné est contradictoire, mais je vais vous expliquer ce que c’est et vous allez comprendre.

Selon votre manière de penser, vous allez comprendre avec un seul de vos hémisphères, ou les deux…

P.P.S. Je vous explique le « classement désordonné » la prochaine fois, et un test pour savoir si vous avez trouvé une bonne manière de vous organiser efficacement selon votre hémisphère dominant ensuite.

Partagez cet article :
  • TwitThis
  • Facebook
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
07 fév 2010 Le GROS avantage de l’école

J’ai dit du mal de l’école précédemment, mais il n’y a pas que du mal dans le système scolaire, bien au contraire.

Ce qui m’a la plus aidé, motivé à continuer, donné une raison de continuer, c’est ce qu’il y a de mieux à l’école.

Malheureusement, ce n’est pas leur idée, et plusieurs autres l’utilisent, et avec raison.

Sans lui, l’école ne serait rien, et trop de choses ne seraient pas faites.

Le GROS avantage de l’école, c’est son horaire.

L’horaire, c’est le corps de l’école.

Sans lui, l’école ne pourrait tout simplement pas exister.

Pourquoi ?

Je reviens encore sur un point très important : l’organisation.

En effet, de quoi aurait l’air une école de 5000 personnes et de centaines de professeurs … sans qu’aucun des deux ne sache où il doit aller ? Quand il doit y aller ?

C’est complètement insensé.

Je l’ai déjà dis, mais l’école a BESOIN de l’horaire pour fonctionner.

Pourquoi une personne n’en aurait pas besoin ?

Après tout, une école, ce n’est qu’une foule de personnes, rien de plus.

Si vous voulez sauver du temps, vous devez vous faire un horaire. (je le répète : vous DEVEZ faire un horaire)

Il y a de nombreuses techniques pour le faire, que je vais tenter d’énumérer au fil des semaines suivantes, mais le plus important, c’est que vous respectiez votre horaire.

Pour ce faire, je vais vous donner un truc que j’utilise pour tous mes horaires.

Pour le faire, vous pouvez simplement mettre une tâche à faire par jour, un projet que vous avez, quelque chose que vous voulez apprendre, un devoir à faire, etc.

Personnellement, j’ai plusieurs tâches par jour, même pour ceux qui sont occupés par mon horaire fourni par l’école.

Et j’y applique ce truc :

Même si vous préférez mourir que de faire ce que vous avez écrit sur votre horaire, même si vous en avez par-dessus la tête et que vous pensez que vous n’avez pas le temps.

COMMENCEZ et réservez vous 5 minutes.

Seulement 5 minutes. C’est moins que le temps d’un repas, moins que le temps que vous restez au lit en pesant sur le « Snooze » du réveil-matin.

Commencez, et faites le pendant 5 minutes.

Si au bout de 5 minutes vous n’avez toujours pas envie de continuer, c’est soit parce que vous ne vous êtes pas vraiment appliqué, ou que vous devez vous changer les idées.

Dans les deux cas, c’est probablement mieux que vous arrêtiez, ça ne sert à rien de se forcer plus de 5 minutes.

Si vous avez d’autres tâches, essayez les 5 minutes une par une, ou faites des pauses.

Mais n’oubliez pas : 5 minutes, ça peut faire toute la différence et vous donner le goût et l’enthousiasme pour continuer durant des heures.

Partagez cet article :
  • TwitThis
  • Facebook
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
24 jan 2010 Exemple d’association

Visualisez ceci : vous êtes à la maison, vous êtes en train d’apprendre, disons … le japonais (ça peut être n’importe quoi, c’est votre imagination après tout).

Votre frère débarque et décide de regarder un bulletin de nouvelles (je sais ce n’est pas très réaliste, c’est seulement pour l’exemple). Évidemment, vous êtes déconcentré par ce bruit.

Qu’allez vous faire ?

Vous pouvez, bien entendu, décider de tout arrêter et de regarder le bulletin de nouvelles avec lui … c’est ce qui serait le plus facile pour vous, mais la plus efficace ? Certainement pas.

Vous pouvez continuer d’étudier. C’est d’ailleurs beaucoup plus facile de continuer à apprendre quand un bruit de fond arrive au beau milieu de vos études que si vous essayez de commencer quand un bruit vous dérange, puisque vous êtes déjà dans votre « bulle d’apprentissage ».

Donc continuez à étudier … je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais au lieu de vous trouver des excuses, prenez plutôt avantage de cette situation. Comment ? En associant les nouvelles au japonais.

Vous ne pouvez pas empêcher votre cerveau de comprendre les nouvelles, puisqu’il tourne des dizaines de fois plus vite que ce qui se passe autour de nous. Même si vous êtes concentrés, votre cerveau enregistrera les nouvelles, et il les rangera dans le même « tiroir » que le japonais.

Donc, plus tard, quand vous voudrez savoir comment on dit écrit en japonais, vous vous souviendrez qu’un jour vous avez vu des nouvelles en même temps, et votre cerveau fera tout le travail pour vous, en vous repassant la scène dans l’ordre, et vous vous souviendrez peut-être même de nouvelles que vous n’avez pas entendues cette journée là !

Oui, votre cerveau est aussi performant que ça, alors arrêtez de vous plaindre de votre manque d’intelligence ou de mémoire et apprenez à vous servir de cette incroyable machine que vous avez.

Partagez cet article :
  • TwitThis
  • Facebook
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
17 jan 2010 Le secret de mon professeur

Un jour, mon professeur d’espagnol m’a fait part de la manière qu’il a appris le vocabulaire Français.

Pour arriver à apprendre à une vitesse raisonnable, il s’était fixé un objectif : apprendre 3 mots de vocabulaire ou 2 verbes par jour. Pour ce faire, il écrivait ces mots ou verbes sur un bout de papier sur le réfrigérateur !

C’est très astucieux de sa part. Son raisonnement était le suivant : si je veux apprendre quelque chose, je dois le voir souvent pour le retenir, et il avait raison sur ce point, puisqu’il était rendu à l’étape des 20% finaux de son apprentissage du Français.

(vous vous souvenez ?)

Et qu’est-ce qu’on est certain de voir au moins 3 fois dans une journée ? Un réfrigérateur bien sûr.

C’est ici que vient en jeu mon idée : au lieu de faire une liste de mots à chaque jour, pourquoi ne pas l’automatiser, et l’afficher plusieurs fois à l’écran de votre ordinateur, sans que vous ayez à penser à aller voir ?

C’est ce que j’ai réalisé avec un logiciel dédié à l’apprentissage sans effort : Qres de mémoire (Cures de mémoire).

L’idée du réfrigérateur est très bonne, mais malheureusement 3 fois par jour ce n’est pas énorme. C’est pourquoi une Cure de mémoire est idéale, puisqu’elle vous permet de voir votre « réfrigérateur virtuel » plusieurs fois par heure, alors que votre vrai réfrigérateur, vous le voyez une fois aux quelques heures.

Si vous voulez l’utilisez, c’est par ici : logiciel-pour-apprendre.com

Partagez cet article :
  • TwitThis
  • Facebook
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
10 jan 2010 logiciel-pour-apprendre.com

Bonjour,

vous le savez peut-être, mais j’ai conçu un logiciel pour apprendre : Qt Reminder Suite, et cette semaine je ne pense qu’à ça, parce que je viens de lancer la version 1.0 !

Mais attention, pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, ce n’est pas la première version, mais la 5ème « grand public », et elle s’améliore au fil du temps.

Je voulais faire les choses en grand en ce début d’année 2010. Il y a des nouveautés à la tonne !

Mais avant de décrire les améliorations, voici un résumé pour ceux qui ne connaissent pas :

C’est quoi Qt Reminder ?

Qt Reminder sert à vous apprendre ce qui ne veut pas rentrer dans votre tête, et que peu importe le nombre d’heures d’affilées que vous vous essayez, ça ne marche toujours pas.

Le but

Après quelques jours, vous répondrez à des questions que vous ne connaissiez pas la réponse sans vous en rendre compte !

Qt Reminder vous sauve énormément de temps en vous faisant apprendre graduellement.

C’est la clé d’un apprentissage à succès, que j’ai testé assez souvent pour vous dire que ça marche vraiment.

-> Voyez-le en action ici

-> Essayez le ici

Les nouveautés

Au départ, je croyais que séparer la configuration et la modification des questions était une bonne idée…

Mais vu le nombre de questions et de commentaires que j’ai eu sur la complexité d’un changement, j’ai décidé de tout (re)mettre ensemble.

Ainsi, vous pourrez modifier beaucoup plus facilement vos configurations ou vos cours.

Et qui dit plus facilement dit plus rapidement, donc plus de temps pour apprendre !

De plus, la fenêtre d’accueil a été modifiée, pour choisir votre catégorie, créer les votres et les modifier plus facilement.

Pour couronner le tout, j’ai fait des vidéos pour montrer comment fonctionne la nouvelle interface, pour être certain que personne ne se « mèle les pinceaux ».

Présentement il n’y en a que 6, avec une très basique sur l’installation :-° .

Mais c’est suffisant pour l’utiliser.

Cliquez ici pour les voir

Comment je le ferme ?

Les versions précédentes n’avaient pas d’icône dans la barre de notification.

Donc, une fois la question répondue correctement, maintenant vous pouvez afficher une autre question, modifier la configuration ou les questions, ou arrêter la réapparition, même si la fenêtre est fermée.

Encore ?

Cette fonctionnalité est ma préférée d’entre toutes :

La possibilité de garder le cours choisi à la prochaine ouverture de Qt Reminder.

Oui, ça manquait, mais ça y est.

Il y a aussi le démarrage automatique possible, seulement sous Windows, mais les utilisateurs de linux n’auront aucun problème à le faire manuellement s’ils le désirent.

Quoi de plus ?

J’ai tenté d’améliorer l’apparence de certaines fenêtres qui laissaient à désirer, même s’il reste beaucoup de travail.

De plus, j’ai déjà affiché les catégories que je vous fournis sur le site ( ici )

Mais j’ai pensé en mettre plus (introduction plus poussée et fiches détaillées, laissant les cours du logiciel comme de simples rappels) et de demander aux visiteurs (vous) d’ajouter des informations.

J’ai commencé un test ici

Dites-moi ce que vous en pensez !

Martin

P.S. J’ai même pensé à en faire un CD. Je travaille sur la conception d’une interface pour son utilisation et ses ajouts, et j’aurais besoin de votre avis.

7 Questions et vous recevrez un cadeau (sur l’apprentissage) (et un rabais si le CD vois le jour ! )

Merci !

Partagez cet article :
  • TwitThis
  • Facebook
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
03 jan 2010 Ah, le temps des fêtes

Pour le temps des fêtes, je vous ai écrit un article d’avance, histoire de continuer la coutume d’un article par semaine, que je n’aurais pas pu écrire pendant les vacances.

Parlant de coutumes, au Québec, la coutume au temps des fêtes est de manger de la tourtière.

Le 24 au soir, c’est très bon, le lendemain matin aussi … à midi on commence à en avoir assez, le soir ça deviens presque un supplice, et le lendemain on en mange de force pour ne pas gaspiller les restes.

La tourtière, c’est très bon, mais après 5 repas de suite à en manger, ça tombe sur le coeur.

Pour recommencer à en manger en ayant le goût d’en manger, ça prends quelques mois, voire même l’année au complet, jusqu’aux prochaines fêtes.

En avoir mangé seulement un ou deux repas, j’aurais pu en manger encore une semaine seulement après, cette semaine par exemple, sans me sentir forcé de le faire.

J’aurais pu en apprécier le goût et la saveur, mais présentement j’en suis incapable.

Ça vous est certainement déjà arrivé.

Pas nécessairement pour la tourtière.

Mais être incapable de manger quelque chose dont on raffolait avant d’en avoir mangé 5 repas de suite, c’est normal.

Eh bien, savez-vous quoi, votre cerveau agit de la même manière.

Même si vous adorez apprendre et vous dépasser, si vous ne faites que ça, après quelques jours vous en serez incapable, par manque … d’envie, ce que vous aviez en quantité industrielle au départ.

Si vous aimez quelque chose, une abondance vous ennuiera.

Imaginez si vous n’aimez pas ça au départ … aille.

Pourtant, c’est ce que la plupart des gens font quand ils veulent apprendre.

Ils ne veulent pas apprendre, n’aiment pas apprendre, mais tentent de tout faire d’un coup, pour « se débarasser ».

S’ils réussissent à passer au travers, non seulement ils n’auront pas eu de bons résultats, mais en plus, ils ne voudront plus rien apprendre pour des jours, voire des semaines ou des mois.

Vous devez répartir vos apprentissages, et surtout les diversifier.

Le mieux, bien sûr, serait que vous aimiez apprendre, mais si ce n’est pas le cas, dites-vous que même ceux qui aiment apprendre peuvent aussi être « écoeurés » de le faire s’ils ne gèrent pas bien leur temps.

Je ne dis pas que vous devez arrêter d’apprendre pour mieux apprendre. Personnellement, je ne le fais que quand j’y suis obligé.

Ce que vous devez faire, c’est de diversifier vos apprentissages.

D’ailleurs, j’avoue que sur ce point, l’école l’a bien compris.

Pour reprendre l’exemple de tourtières : quand vous êtes écoeurés d’en manger, vous arrêtez de manger aussi ?

Bien sûr que non, vous mangez autre chose.

Commencez par apprendre un sujet, puis changez, avant de faire une « overdose » si possible.

Si vous sentez votre concentration diminuer, changer de sujet.

Si vous passez plusieurs sujets en une heure, pensez à aller dormir, ou à vous relaxer.

Croyez-moi, vous ne perdrez pas de temps, même si vous êtes pressés.

Partagez cet article :
  • TwitThis
  • Facebook
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
27 déc 2009 Pourquoi 80% des richesses appartient à 20% des gens

Quel est le rapport entre la richesse et l’apprentissage me direz vous ?

Je pourrais vous dire qu’avec l’aide des conseils que je vous donne, vous aurez l’occasion de faire beaucoup d’argent : en décrochant les meilleurs postes après une entrevue, des bourses d’études, etc.

Pourtant, ce n’est pas pour cette raison que j’écris ce billet.

Voici pourquoi :

C’est un fait : 80% des gens ont, ensemble, le quart de ce que les autres 20% ont, mais ce n’est pas seulement pour l’argent ! Pour quoi que ce soit… :

Une loi méconnue

Avez-vous déjà entendu parler de la loi de Pareto ?

Selon les observations de Vilfredo Pareto, économiste et sociologue italien de renommée, la « loi de Pareto » affirme que :

* 20% des pays possèdent 80% des richesses mondiales.
* 20% des habitants d’un pays possèdent 80% des richesses du pays.
* 20% du voisinage possède 80% des richesses de la ville.
* … vous avez compris le principe ?

En clair, 20% des gens ont 80% de l’argent. Il faut quand même préciser que ce n’est pas un chiffre exact, c’est une moyenne, mais tous les chiffres réels sont tellement rapprochés de ces chiffres théoriques que c’en est presque troublant.

Par exemple, 19% peuvent en posséder 75%, ou 21% en posséder 82% par exemple … Mais seulement de l’argent ?

Absolument pas, et c’est ce qui fait la beauté de cette loi : elle s’applique partout :

* Pour le nombre de personnes possédant de l’argent
* Pour le nombre d’effort pour atteindre un objectif
* Pour le nombre de clients réclamant du service
* Pour le nombre de produits par rapport au chiffre d’affaire
* Pour le nombre de personnes possédant du talent
* Pour … la chance ?

Défiez la loi

La chance n’est qu’une illusion. Un concept. Une invention.

Les choses arrivent quand elles arrivent, c’est à vous de décider ce que vous en faites…

Si vous échouez, c’est parce que vous n’étiez pas bien préparé, ou pas assez motivé.

Si vous réussissez, ce n’est pas de la chance, c’est parce que vous avez fait ce qu’il y avait à faire, et que vous avez saisi les opportunités qui s’offraient à vous, que vous n’auriez pas vues si vous ne vouliez pas VRAIMENT atteindre votre objectif.

C’est la raison pour laquelle 20% des gens possèdent 80% de tout ce qui existe : ils le veulent VRAIMENT.

Si, du jour au lendemain, toutes les richesses étaient séparées équitablement dans le monde, quelques années, voire même quelques mois suffiraient pour que 80% des richesses reviennent à 20% des gens qui l’avaient avant.

Pour une simple et bonne raison : la chance n’existe pas.

Vous devez créer votre chance, et faire ce qu’il y a à faire pour réussir ce que vous voulez réussir.

Je vous donne ce conseil pour la vie en général, puisqu’avec ce concept vous pouvez faire beaucoup plus que simplement apprendre ce que vous voulez apprendre.

Vous pouvez aussi gagner de l’argent : http://comment-apprendre.com/Argent
ou éliminer votre stress : http://comment-apprendre.com/Relaxation

mais le plus important : vous pouvez tout apprendre, simplement en le voulant VRAIMENT.

Ce n’est pas en pensant devenir riche qu’on le devient, c’est en le voulant VRAIMENT.

Ce n’est pas en pensant à apprendre quelque chose qu’on l’apprends, c’est en le voulant VRAIMENT.

Logiquement, le reste viendra tout seul, mais je vais quand même continuer à vous donner quelques autres conseils pour vous sauver du temps.

Alors bonne chance, si vous croyez toujours à la chance !

Martin

Partagez cet article :
  • TwitThis
  • Facebook
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
20 déc 2009 Les blessures de votre cerveau

Je vous ai parlé, il y a 6 semaines, de ma blessure à la cheville.

Ici pour ceux qui ne l’ont pas vu ou simplement oublié :
http://blog.comment-apprendre.com/musclez-votre-cerveau/

Je sais que j’ai aussi dit que je décrirais premièrement chaque catégorie avant d’en approfondir une, mais si j’attends avant d’en parler ça ne fera plus vraiment de sens …

Alors voici une autre occasion où votre corps et ses capacités ressemble étrangement à votre cerveau et ses performances, tiré d’une histoire vécue … en ce moment même :

Donc comme je disais, je me suis blessé à la cheville il y a plus de 6 semaines et ce n’est toujours pas guéri.

En fait, ça fait deux semaines que mon état ne s’est pas amélioré, et je dirais même que quelques jours ça empire, mais ce n’est pas parce que le corps humain n’est pas efficace, au contraire.

Je rejoue comme avant au volley-ball (avec une chevillère) : je saute, je cours, je me déplace rapidement, et je n’ai pas mal à la cheville … du tout.

Le problème, c’est que suite à ma blessure, mon tendon d’Achille s’est enflé, et maintenant c’est là que j’ai mal.

Pendant des semaines j’ai fait des étirements, des exercices, et j’ai glacé le tout, pour guérir au plus vite, et j’en ai même été étonné de la rapidité de mes améliorations.

Il m’a fallu 3 jours pour pouvoir tenir debout sans avoir mal, 1 semaine pour marcher, 2 pour courir, 3 pour rejouer au volley-ball, et 4 pour reprendre ma hauteur de saut d’avant.

Aujourd’hui, je suis au même point que 4 semaine après la blessure.

Pourquoi ?

Pour plusieurs raisons en fait, mais la plus importante est la suivante : je fais de moins en moins d’exercices et d’étirements.

Résultat : au lieu de s’améliorer, mon tendon d’Achille devient de plus en plus tendu, ce qui me donne encore moins le goût de faire mes exercices.

La morale de cette histoire ?

Votre cerveau fait la même chose.

Bien entendu, vous ne pouvez pas vraiment avoir de « blessure » de cerveau, à moins d’avoir un accident, mais heureusement ça ne m’est jamais arrivé, donc je ne peux pas en parler.

Je compare plutôt ma réhabilitation à l’apprentissage.

Autrement dit : vous apprenez comme vous guérissez.

En guérissant :

  1. Au début, vous faites attention : ça fait mal, et il faut faire tout ce qu’il faut pour guérir au plus vite.
  2. Vous guérissez rapidement, vous êtes content.
  3. Vous pouvez maintenant refaire presque la même chose qu’avant votre blessure, plus besoin de faire attention.

En apprenant quelque chose de nouveau, c’est la même chose :

  1. Au début, vous faites attention : vous ne comprenez rien, et si vous voulez comprendre, vous devez voir tout en détail, et y aller graduellement.
  2. Vous apprenez rapidement, vous êtes fier.
  3. Vous pouvez faire à peu près ce que vous vouliez faire au départ, ça va mieux, pas besoin de s’attarder sur les détails, puisque vous pouvez vous arranger avec ce que vous savez.

Ça vous est déjà arrivé ?

Pas besoin d’écouter, je connais déjà ça !

Non, non et non !

En apprenant, il ne faut JAMAIS dire qu’on « sait » quelque chose.

Premièrement parce que c’est probablement faux, et qu’alors vous n’apprendrez pas les détails que vous ne saviez pas qui peuvent faire toute la différence.

Par exemple, un de mes professeurs de Français disait la même chose quand il parlais des participes passés.

La majorité de ses élèves se disaient :

Participe passé ? … ah oui ! j’ai déjà entendu ce mot là, je sais ce que c’est.

Et ils pensaient à autre chose : leur fin de semaine, le diner qui arrivait, etc., et passaient à côté de l’essentiel.

Pourtant, tout le monde sait qu’il ne suffit pas de savoir « ce que c’est » pour pouvoir l’accorder toujours de la bonne manière.

Vous voyez donc, à travers mon expérience de cheville, qu’il ne faut pas prendre pour acquis nos connaissances.

Personnellement, quand quelqu’un me parle de quelque chose, peu importe si je pense connaître ce dont il parle, j’écoute attentivement et je fais comme si ce que je savais était seulement une hypothèse.

Dans la majorité des cas, ça ne fais qu’améliorer mon « hypothèse » précédente, et ensuite j’en connais plus sur le sujet !

Bien sûr il ne faut pas croire tout le monde, il faut savoir reconnaître ce qui est vrai de ce qui est faux, mais si j’en parlais dans ce billet il deviendrais un peu trop gros …

D’ailleurs je vais arrêter tout de suite, à la semaine prochaine.

Martin

P.S. Je recommence dès aujourd’hui mes exercices de 3 à 4 fois par jour, et la glace un peu plus souvent, surtout que la session finit bientôt, je ne dois surtout pas relâcher pendant que je n’aurai plus d’entraînements !

Partagez cet article :
  • TwitThis
  • Facebook
  • Google
  • E-mail this story to a friend!